Bandeau marche nordique coach sportif lyon 2017

Sport et Coeur

 Généralités

Il est maintenant clairement établi que la pratique d'un exercice physique modéré ou intense est indiquée dans la prévention des maladies cardio-vasculaires coronariennes (liées à une atteinte des artères coronaires).

 - Une activité physique faite de longues marches ou de nage, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes, entraîne une réduction de plus de 50 % de la mortalité par maladie cardio-vasculaire. 

 

Elle fait partie de la thérapeutique de l'infarctus du myocarde, de l'insuffisance cardiaque stable et de certaines cardiopathies congénitales. Elle doit être indiquée après dilatation, pontage aorto-coronarien ou transplantation cardiaque.

 

L’activité physique devient le thème de référence des actions de prévention : elle bénéficie de l’immense avantage de pouvoir se placer dans une dimension de bien être en opposition d’autres actions, toutes aussi importantes en termes de prévention mais contraignantes comme l’arrêt du tabac, le maintien de son poids et une nutrition équilibrée.

 

 

 

 

 

 

 

Effets sur le cœur

L’activité physique permet :

 

- Une réduction de la fréquence cardiaque au repos : Cette réduction via l'activité parasympathique du cœur qui a pour fonction de réduire la fréquence cardiaque. C’est cette fonction qui est activée lors de la pratique régulière d’une activité physique.

 

Un cœur qui bat plus lentement est dans les conditions plus propices pour assurer ses fonctions à l’effort. Une fréquence cardiaque basse témoigne d’une bonne condition physique et une fréquence cardiaque qui baisse témoigne d’un entrainement physique dont les effets se font sentir. La fréquence cardiaque est la manifestation la plus évidente sur le cœur d'une activité physique régulière.

 

- Une réduction de la fréquence cardiaque à l'effort qui améliore la capacité fonctionnelle et la réserve cardiaque. Ceci permet de mieux protéger le cœur durant l’effort en assurant une meilleure perfusion des artères coronaires dont le rôle est de fournir de l’oxygène au muscle cardiaque.

 

- Une amélioration de la contraction cardiaque et du volume d'éjection. L'entraînement physique augmente la force de la contraction cardiaque et par voie de conséquence volume de sang éjecté lors de chaque contraction du cœur. Cette augmentation, de 20 % ou plus permet une meilleure adaptation du cœur à l'effort.

 

 Effets sur les vaisseaux

Certains effets se font sur les vaisseaux et la circulation sanguine

Ces effets sont multiples :

 

- Réduction de la pression artérielle : La pression artérielle au repos et celle survenant pendant l'effort sont plus basses quand on est entraîné. Il en résulte des phénomènes permettant de mieux protéger le cœur qui fait moins d'effort lors de l'éjection. Des études montrent une réduction moyenne de 10 mm hg pour la pression systolique et de 7,5 pour la pression diastolique lors d'un entraînement physique régulier.

 

- Action sur la paroi des artères L'endothélium est la partie interne de la paroi des vaisseaux, celle qui est contact avec le sang. Il joue un rôle important dans le tonus de l'artère. Cette fonction de dilatation de l'artère est altérée par des facteurs de risques tels que l'hypercholestérolémie, le diabète, le tabac et l'hypertension.

 

- Augmentation du tonus veineux L'entraînement physique induit une augmentation du tonus veineux. Ceci conduit à augmenter le volume de sang qui revient vers le cœur et donc à augmenter le volume de sang éjecté à chaque contraction.

 

- Augmentation du volume plasmatique Elle se fait très prématurément dans les phases d'entraînement. Il en résulte une augmentation du volume de sang revenant dans le cœur et par conséquent une augmentation du volume d'éjection. A l'inverse, la pratique d'un exercice physique en endurance améliore cette fonction.

 

 Effets sur les facteurs de risque

Ce sont des effets indirects mais qui jouent un rôle central

   

L'activité physique a également des effets indirects sur le système cardio-vasculaire :

 

- Une réduction des principaux facteurs de risques cardio-vasculaires comme l’hypertension artérielle, le diabète.

 

- Une évolution des modes de vie car la pratique régulière d'activité physique est un comportement santé. Faire du sport cela signifie aussi moins fumer, être plus attentif à sa santé, respecter les dates des examens de dépistage.

 

- une réduction de la faim après l’exercice et un appétit mieux maîtriser.

 

- le maintien de son poids.

 

- une action anti stress dont on sait le rôle dans la survenue de problèmes cardio vasculaires.

Marche Nordique Lyon Sport Maladie chronique Handicap Asthme Obésité Diabète Maladies cardiovasculaires

Ajouter un commentaire